• Foutues paupières

     

     

     

    Se réveiller un matin, chargée d'années et en être déstabilisée.

    C'était étrange de vous revoir tous les deux, votre union dure maintenant depuis cinq ou six ans, si les chiffres ne me font pas défaut. Vous me semblez grands dans mon rêve, jeunes en âge et en forme mais si sages dans votre comportement.

    Tout vous a grandit, vous êtes pour moi tellement forts qu'aucune tristesse n'oserait détrôner votre bonheur.

    Je vous ai suivi dans une immense maison, aux longs couloirs et aux escaliers muables, qui se multipliaient généreusement. On a marché longtemps avant d'arriver à la chambre de votre enfant.

    C'était une fille, ou un garçon? Je ne le sais pas, le sexe du bébé ne changeait en rien la quiétude qu'il déversait dans cette pièce, à côté de moi.

    Je voulais qu'il soit mien en l'instant d'une démence passagère.                                                            

    Une femme s'en occupait avec attention, avant de le déposer entre tes bras de père.              

     

    Baignée de lucidité caféinée et sortie du sommeil, une décharge d'émotion me secoue en pensant à vous.

    De la jalousie.. de la bonne jalousie.                                                                                                              

     

    De moi qui n'ai pu garder un seul amant plus de quatre saisons, à vous qui vous conjuguez au singulier de tous les temps.

    .

    .

    .

    .

        

     

     

     

     

     

    « Belles tournures »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :