•  

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Miroirs autoportraits

     

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

     .

    Miroirs autoportraits

     .

     .

     .

     .

     .

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     This is a song about a bad girl

     

     

    This is a song about a bad girl

     

    This is a song about a bad girl

     

     

     

     

     

    _________________________________________________________

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

                                                                                  Mais qui se dévoile...

     

     

     

     

    Portrait

    Portrait

     

     

    Portrait

     

    Portrait

    Portrait

     

    Portrait

     

     

    Portrait

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •   

     

     

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

     

     

     

    لحظات


    votre commentaire
  •  

     

     

     

                                             "I, who have seen you amid the primal things, 

    Was angry when they spoke your name 
    In ordinary places."

                                         Ezra Pound

     

     

     

     

     

    2 3 4

     

    Auto

     

    Auto

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     



    Yeux jade et cheveux charbon, 
     son ombre sur ses pas,

    elle remonte mes rues comme on sortait de la plage à Tipaza,

    calme et pensive.

    Seuls deux pêcheurs manquent à l'architecture urbaine qu'elle arpente,

    deux pêcheur et les cendres violettes d'un bougainvillier.




                        " Les saisons tombent des arbres,
    son dos dort contre une peau de pêche tranquille
    elle habite un lieu qui a mal à l'espoir 

    où notre passé dort à la porte comme un petit animal

    dans sa maison de briques blanches,

    on a peint en rose un endroit,
    pensant rendre service à l'ennui
    "







     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

    Une énorme machine est suspendue au-dessus de mon lit, à 6cm de mon visage, accrochée au plafond par un unique fil.                                                                                                                                           Je ferme les yeux, je suis assise sur une pierre rectangulaire, des hommes pissent sur la pierre et me regardent. Je tremble. J'ouvre mes yeux, le monstrueux tas de ferraille est encore là.

    Je sens le souffle saccadé sur mon front, mes lèvres et mes joues. Ce fameux souffle, dans ma chambre qui ne contient que moi. Moi et la machine. Enfin, la machine et le fil et les hommes qui pissent et une pierre rectangulaire. Mais ça ne compte pas  tout ça, c'est dans ma tête. C'est dans ma tête.)

    -Petit sucre, quand la machine te flotte au-dessus de ta mignonne frange et que le souffle te chatouille le pif, n'oublie jamais que c'est dans ta tête, tout est dans ta tête. Tout sauf la mélodie. Elle, elle existe.

    -Mais j'fais comment pour savoir que la mélodie existe en dehors de ma tête?

    -Tu n'as pas à le savoir

    Doucement je tire mon téléphone de sous l'oreiller, le fil du chargeur s'est encore emmêlé avec ceux de mes écouteurs.  Je tire d'un coup sec et violent sur un nœud têtue, la machine entame un basculement menaçant et le souffle devient une haleine perfide.

    "Vite! la mélodie petit sucre!!"

    Je branche mes écouteurs

     Vite. Putain. Vite. C'est dans ma tête.

    Play

     

     

                                           

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

                                                                                  

    mother told me I had a chameleon soul

                                                           

     

     

                                                              

                                                                                                                        *                                                                                                            mother told me I had a chameleon soul

     

                                                           Don't         break         me         down
                                                           I've    been      travelin'     too     long

     

     

                                                           

     

    .

    .

     .

    .

     

                                                                                                                     * nébuleuse de l'aigle

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •        

     

     

           

     

     

         

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Soledad a les poignets chauds et sur sa peau le rosé glisse

    De belles pommettes et des pompons multicolors

    Elle a le rouge au cou, le coût du souffle grimpe pour elle

     

    Plus belles que les miennes

    Soledad a des mains

    Plus fraise et plus satin

     

     

    Elle a ces yeux

    regarde moi 

    Mon dieu

    Regarde moi si tu peux

     

     

    Soledad tes roses et ma térébenthine ne font pas bon ménage.  Je te piétine.

    Soledad dentelles, pétales, câlins et moi je laisse traîner mon parfum.

    Mes canines polianthes tuberosa , comme mon loup sans laisse , mordent violemment. 

    Ma nuit est un vent chaud, une lune rouge et sanglante.

    Soledad est belle?  Je suis le goût omniprésent.  

     

     

     

                                                               

     

                      

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

                                                                           

                                                             

                                                                                            ____  خطاب رجل___

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    But you're so young... 

    ...............................................................

     

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2uOyfqVuonQ

     

     ___________________________

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Incapable de créer et pauvre de mes mains,

    La trahison de mes idées est si creusée que même les arbres me paraissent aliénés

     

    "Cette oeuvre est composée de deux blocs de granite et de laitue fraîche"

    Je suis composée d'un fluide sonore inaudible et dispersé

    Mes "je" sont pathétiques, je suis incapable d'écrire autrement.

                                                                 

     

     

     

     

                                                                                                          العجز

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il faut être un chat, ça bouffe, ça pisse et ça fait des caresses,

     

      

     ça caresse beaucoup 

     

     

     

     

    Bring them all back to life

    .

    .

    .

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     __________________________________________________________________________________________________

     

     

     

     

     

     

    ___________________________________________________________________________________________________

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

                                                                                                  

    à 23h57 la poésie m'épuise d'accord ? 

    Ce prénom est ridicule, je te le dis.

    Moi je veux être une chanson,

    Je veux être toutes tes chansons.

    Et puis ton miel et puis ton pain et puis ton cacao.

     

     

     

    QUOI SOLEDAD? SOLEDAD? SOLEDAD?

     

    C'est hideux.

     

    Regarde moi,

    J'ai cueillis des magnolias. 

     J'ai mangé quelques poires pour toi,

    J'ai reculé le soleil 

    J'ai acheté des plumes

     

    Soledad? 

     

    Affreux.

     

    J'ai marché longtemps

    J'ai couru

    J'ai ramassé mes pieds

    puis mes yeux

    puis 12 feuilles

    28 stylos

    14 allumettes

    2 boites 

    ...

     

     

    .

    .

    .

    .

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     




    Je regrette le bus de 23h à destination de Oujda.

    Je regrette tes chewing-gums bleus collés sous ma hanche.

    Je regrette n'avoir qu'un seul corps pour tenter te séduire. 

    Je regrette tes 30 ans à rayures.

     

     

     

     

     


    votre commentaire


  • Pour Leil,

     

    Alors c'est toi, il a fallu que tu sois mon petit bout de papier, mais même si ce n'était pas le cas, je t'aurais écrit à travers tous les autres prénoms.

    Mais c'est toi, encore plus toi que si ça avait été une autre. 

    Je vois les pages qui ne sont pas miennes se saturer d'encre, pendant que je te rature maladroitement, encore et encore. 

    Tu dois avoir la main légère, occupée d'une femme qu'elle ne connait que trop bien.

    Le sort se plait à me narguer, pourquoi me revient la lourde tâche d'écrire à l'autre moi ?




    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Juste parce que j'en ai envie, et que c'est suffisant comme raison.

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

                           J'ai délaissé mon totem, il en saignait en rêve. Je promets de plus belles choses. 






     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     الثنائي الثالث

     

     

                                                                                                                   fevrier 2014

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                           octobre 2014

     

                                           

     


    votre commentaire
  •   

     

     

     

     

     

                                                                                                الثنائي الأول

     

     

                                                          Janvier 2014

     

     

     


    votre commentaire






  • Normale, très normale et banale
    Je souris beaucoup
    Je bonne manière
    Je m'efface, je me contiens
    Normal

    Bête et con, trop bon trop con, trop con pas assez brillant
    Je ne brille pas c'est rassurant ?
    Oui, puisque normale et normal vous est suffisant 

    Alors crédule et pas méchante 

    Oui bonjour! bien sûr que tu peux 
    moi? jamais je ne veux

    Mais oui prenez une partie de mes cheveux 

    Et vous madame?
    Mon homme vous hormonale?
    Normal, je pas scandale  

    Mon ombre vous est fatale?
    Tout de suite je banale

    Existez beaucoup,
    rassurez vous
    Je normal.
















    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

                                                                              .

                           .

     

     

                                                               -J'insomnie                                                                                                                      -Tu dors                                                                                                                          -Il rêve                                                                                                                              -Nous songeons                                                                                                              -Vous m'énervez                                                                                                              -Elles ronflent 

     

                                 

     

                                                                                           .

                                                                                                .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Fernando Pessoa:

    "Nombreux sont ceux qui vivent en nous ;
    Si je pense, si je ressens, j’ignore
    Qui est celui qui pense, qui ressent.
    Je suis seulement le lieu
    Où l’on pense, où l’on ressent.

    J’ai davantage d’âmes qu’une seule.
    Il est plus de moi que moi-même.
    J’existe cependant
    À tous indifférent.
    Je les fais taire : je parle.

    Les influx entrecroisés
    De ce que je ressens ou pas
    Polémiquent en qui je suis.
    Je les ignore. Ils ne dictent rien
    À celui que je me connais : j’écris."

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Je suis emprisonné entre quatre murs avec un thé aux fruits des tropiques, une douleur au ventre et la force arrogante de quelques lignes, qu'un certain Arthur R écrivait un siècle avant ma naissance, pour (j'en suis certain ) m'emmerder personnellement:
     
    Loin des oiseaux, des troupeaux, des villageoises,
    Je buvais, accroupi dans quelque bruyère
    Entouré de tendres bois de noisetiers,
    Par un brouillard d’après-midi tiède et vert.

     Contrairement à lui, je décide de virer les artifices et d’écrire simplement ma matinée.  Je me rappelle qu’il y a 9 ans de cela, je faisais l’école buissonnière pour la première fois à cette même table, soudain la prison devient confidente. 

    « Psst » dit le sac des tropiques, « Sagement ridicule ta ville, qui avale quelques millions de cafés chaque matin, "pressés" autant que les gorgent qui les ingurgitent. Et ces mots croisés? C'est pour entretenir l’intelligence ou déguiser l'ignorance?  » 

    Je vois passer dans la rue des chaussures que la boue ne ralentie pas, aller vite, toujours plus vite.

    J’ai encore mal au ventre et les tropiques ne veulent rien y arranger.
    « Yew » disait le merdeux de petit sac au gout lotion pour cheveux colorés  (goûtée, approuvée et non appréciée), « tu attends quoi planté là seul et mal rasé? »

    J'attends le déhanché salvateur, pour oublier qu'un verre d'Arthur me parle en ce moment. 
     

    Arrive enfin ma gourmande, 
    Café chantilly à la main. 

    Vertigineuse,
    perchée sur deux tours à scandale,
    trop élevées pour un 8h du matin et pas assez pour son ego,
    chevelure réclamant le droit de véto, colorée aux lotions approuvées par mes 3000 papilles. 

    Je ne sais jamais si c’est sa nuit qu’elle achève ou sa journée qu’elle débute lorsqu’elle me rejoint à cette heure, mais elle écrase toujours le T du thé qui m'enlise. 

    - Hé!

    - Mademoiselle!

    - Encore un stylo à la main, toujours à écrire ! Rassure moi, c’est ce mardi que tu dois cesser d’être prévisible non ?

    -Oui on en a convenu ainsi, sauf que cesser de l’être mardi ne me rendrait que plus prévisible.

    - Bonjour

    - Très bon.  




     

     

     

     



     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires